http://www.observatoiredescosmetiques.com/pro/actualite/publications-scientifiques/vernis-a-ongles -une-source-dexposition-aux-perturbateurs-endocriniens-3284
27 OCTOBRE 2015 Publications scientifiques

Vernis à ongles : une source d'exposition aux perturbateurs endocriniens

© Thinkstock/L'Observatoire des Cosmétiques

Selon une étude menée aux États-Unis par des chercheurs de l'université de Duke et l'organisation EWG (Environmental Working Group), un plastifiant utilisé dans les vernis à ongles et suspecté d'agir en perturbateur endocrinien, le Triphenyl phosphate (TPHP), est retrouvé dans les urines des femmes en concentration importante quelques heures après l'application. Une preuve de l'absorption de cette substance par l'organisme, et une source d'exposition inquiétante pour les femmes et les jeunes filles.

identifiez vous pour visualiser cet article
Vos réactions [4]
Jo3jeans
le Wednesday 4 November 2015
vernis à ongles pas à cuticules

je me permet de préciser que le vernis à ongles se pose sur l'ongle et pas sur les cuticules, il va de soi qu'on n'inonde pas ses doigts de vernis, il suffit d'un poil de modération pour ne pas se farcir l'organisme de n'importe quoi, un peu d'entrainement permet à n'importe quelle novice de vite éviter le contour des ongles et juste poser le vernis SUR l'ongle ;-)

Laurence Wittner
le Wednesday 4 November 2015
TPHP et base

Si le Triphenyl phosphate est peu utilisé en Europe, il faut signaler qu'on le retrouve tout de même dans certains vernis disponibles sur le marché français. Mieux vaut donc vérifier les étiquettes avant achat. Quant aux bases, si elles sont de qualité, elles protègent effectivement l'ongle, mais pas forcément la cuticule, qui pourrait aussi être un voie de passage des molécules toxiques dans l'organisme.

Jo3jeans
le Wednesday 4 November 2015
une base

L'étude ne parle pas d'essai avec une base posée au préalable sur les ongles, la base est comme son nom l'indique la base de toute manucure, cela imperméabilise l'ongle contre les ingrédients susceptible d'être nocifs. Non ?

JCLJ
le Tuesday 27 October 2015
TPHP

Sans vouloir commenter ces résultats qui sont ce qu'ils sont, il convient juste de se rappeler que cet ingrédient est très peu utilisé en Europe, voire pas du tout. Ceci permet juste de rappeler que la limbe (plaque unguéale) n'est pas impénétrable.

Merci de vous identifier pour voir les commentaires

Tous les articles [67]
© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
5 OCTOBRE 2016 Publications scientifiques
Nano-dioxyde de titane des dentifrices : des effets toxiques pour le foie

Selon une étude menée par le RIVM (Institut national néerlandais pour la santé publique et l'environnement), des effets sur la santé dus à une exposition aux nanoparticules de dioxyde de titane via l'alimentation, les compléments alimentaires et... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
27 JUILLET 2016 Publications scientifiques
Une protection inédite contre les UVA bientôt dans nos crèmes solaires ?

Des chercheurs britanniques de l'Université de Bath et du King’s College de Londres annoncent avoir développé un nouveau composé qui offre une protection sans précédente contre les effets nocifs des rayons UVA du soleil, incluant le... [Lire la suite]

© Fotolia/L'Observatoire des Cosmétiques
1 JUILLET 2016 Publications scientifiques
Extraction au CO2 supercritique et Metabarcoding

Dans le cadre du respect environnemental, nous nous intéressons à un extrait de gingembre obtenu par extraction aux fluides supercritiques et plus particulièrement le CO₂. Ce procédé s’inscrit dans une démarche de procédé durable en... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
15 JUIN 2016 Publications scientifiques
Solaires : une publication scientifique en faveur des nanos

Cette analyse, publiée dans le Medical Journal of Australia, est signée par le Dr. Paul Wright, de l'Université RMIT de Melbourne (Australie). Elle recense les risques et les bénéfices des nanomatériaux dans les produits solaires et la façon dont... [Lire la suite]

© UC/L'Observatoire des Cosmétiques
23 MAI 2016 Publications scientifiques
Un modèle mathématique pour tester les cosmétiques

Des scientifiques de l'Université de Cincinnati (États-Unis) ont présenté les résultats de leurs récentes recherches sur l'utilisation des méthodes mathématiques pour comprendre comment les substances chimiques pénètrent dans... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
19 MAI 2016 Publications scientifiques
Nanoparticules : des effets sur le stress oxydatif des cellules

Les nanoparticules, fréquemment utilisées dans l'alimentation, les produits cosmétiques ou les crèmes solaires, peuvent avoir des effets subtils sur l'activité des gènes impliqués dans le stress oxydatif de deux types de cellules. Une recherche... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
11 MAI 2016 Publications scientifiques
Un consensus scientifique sur l'identification des perturbateurs endocriniens

Un consensus sur l'identification des perturbateurs endocriniens a été trouvé lors d'une réunion d'experts organisée par le BfR (Institut fédéral allemand de l'évaluation des risques) à Berlin les 11 et 12 avril 2016. Selon le BfR,... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
16 MARS 2016 Publications scientifiques
Une évaluation danoise des allergènes des parfums

Le projet "Évaluation de certaines substances de parfumerie allergisantes" a été initié par l'Agence danoise de protection environnementale à la suite du programme LOUS (Liste des substances indésirables). L'objectif de cette étude était... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
14 MARS 2016 Publications scientifiques
3 jours de cosmétiques "sans" : moins de perturbateurs endocriniens dans le corps !

Une récente étude, menée par des chercheurs de l'Université américaine de Berkeley et un hôpital de la Vallée de Salinas en Californie, montre comment l'évitement de certains produits de maquillage, shampooings et autres cosmétiques,... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
8 MARS 2016 Publications scientifiques
Le gène des cheveux blancs… et ses applications cosmétiques

Pour la première fois, un gène impliqué dans l'apparition des cheveux blancs a été découvert à l'issue d'une étude internationale dirigée par l'UCL (University College London), ce qui confirme que ce phénomène a une... [Lire la suite]