http://www.observatoiredescosmetiques.com/pro/actualite/compte-rendus-congres/de-l’importance-de-l’environnement-dans-la-rse-4595
12 JUILLET 2017 Comptes-rendus Congrès

De l’importance de l’environnement dans la RSE

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) relève, selon l’Union Européenne de "l’intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes". À l’occasion de la deuxième Édition des Rencontres du Bien-Être organisée par la FEBEA, l’accent a été mis sur le respect de l’environnement au sein de l’industrie.

L'éco-conscience est au centre des débats en tous genres depuis un certain temps et l'industrie cosmétique n'y coupe pas. Afin de mettre en exergue ce point, la FEBEA, représentée par Virginie D'Enfert, en partenariat avec le cabinet d'étude Vigeo Eiris incarné par Claire Coletti, a présenté les résultats d'une étude menée auprès de 30 entreprises du secteur cosmétique, grands groupes et PME confondus. Le but ? Montrer qu'industrie et environnement font la paire.

Pour introduire le sujet, Virginie D'Enfert rappelle que "lorsqu'on parle d'éco-conception, on pense tout de suite aux emballages, à la recyclabilité ainsi qu'au choix de matériaux plus ou moins légers. Néanmoins, l'analyse Vigéo est beaucoup plus exigeante puisqu'on va s'intéresser à l'ensemble du cycle de vie du produit".
Du point de vue du consommateur, l'aspect le plus important concerne les emballages. L'étude démontre que les grandes entreprises sont un peu plus avancées que les PME, pour des questions de moyens. Claire Coletti précise "qu'elles se sont en général doté d'un outil acéré d'analyse de cycle de vie, un outil assez complexe qui passe au crible toutes les étapes de fabrication : de l'extraction de matériaux pour façonner un des composants du pack jusqu'à son recyclage. Cela permet de d'appréhender tous les impacts environnementaux". Le cabinet d'étude, au cours de ses audits, a démontré que les entreprises vont vers un allègement du poids du pack ou utilisent du bio-plastiques, "avec des limites parce que souvent, on observe des problèmes de compatibilité entre formules et packs qui limitent la démarche".
Du point de vue des formules, c'est un peu plus complexe. Claire Coletti insiste tout de même sur le fait que toutes les entreprises étudiées ont initié la démarche d'analyse de cycle de vie sur certains de leurs produits, mais pas sur l'étendue de leur offre.

Traçabilité de la chaine d'approvisionnement

Concernant ce volet, Virginie D'Enfert concède qu'il s'agit de la partie la plus complexe. "La traçabilité de la chaine d'approvisionnement amène à évoquer les facteurs sociaux. Quand on a à faire à des sourcings lointains, les normes sociales comme le travail forcé ou celui des enfants entrent en jeu", explique-t-elle.
Claire Coletti, responsable de l'étude, indique que "ce n'est pas toujours facile pour l'entreprise, quelle que soit sa taille, de véritablement connaître tous les acteurs au long de la chaîne d'approvisionnement. Par exemple de l'extraction de pétales de rose ou de vanille à Madagascar jusqu'au produit fini. Dans le panel interrogé, la plupart des entreprises ont une visibilité sur la chaîne d'approvisionnement de moins de 40 %. Ce qui est quand même assez peu. Les grandes entreprises réussissent à sortir leur épingle du jeu parce qu'elles ont un peu plus de moyens. Elles ont des structures achat plus développées leur permettant d'adresser des questionnaires aux fournisseurs, de récolter des informations tout au long du processus."
Les groupes importants ont également plus de moyens financiers, ils peuvent diligenter des audits sociaux et environnementaux tout au long de la chaîne. Claire Coletti prend pour exemple les responsables d'Yves Rocher et de Pierre Fabre "qui se sont rendus à l'étranger afin de voir comment les ingrédients étaient récoltés"
Claire Coletti interpelle également l'assemblée sur "les ingrédients facteurs de risque de réputation, l'huile de palme (cause de déforestation) ou encore le mica, associé au travail des enfants en Inde. Du fait de ces problématiques, il est nécessaire de mettre en place des filières tracées".

Pour conclure, Virginie D'Enfert rappelle que la FEBEA ne souhaite pas distribuer de bons ou de mauvais points sur ces questions, mais estime qu'il est "important d'avoir une prise de conscience humaine sur ces questions. Le secteur cosmétique est engagé dans la RSE. Les thématiques auxquelles il doit répondre ne sont pas évidentes, le cheminement sera long mais on est sur la bonne voie".

JS

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
Vos réactions

Merci de vous identifier pour voir les commentaires

Tous les articles [292]
© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
12 DECEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Passeport pour l'Allemagne (1/3) : le marché cosmétique allemand

Ils habitent à côté, mais ils achètent et consomment les cosmétiques différemment. Leur marché et leurs systèmes de distribution répondent à des règles qui leurs sont propres, et même certains points de la... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
5 DECEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Règlementation cosmétique européenne : les 10 points d'actualité (2/2)

La 15e édition du Congrès Parfums & Cosmétiques, qui s'est tenue à Chartres les 15 et 16 novembre 2017, a commencé par le traditionnel point sur les actualités européennes, présentées des deux points de vue de la Commission et de... [Lire la suite]

5 DECEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Brexit : quels impacts sur les entreprises cosmétiques européennes ?

La sortie de l’Union européenne du Royaume-Uni, prévue pour le 1er avril2019, fait partie des sujets brûlants. Outre sa portée politique, le Brexit va également impacter le secteur cosmétique. À l’occasion du congrès... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
27 NOVEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Règlementation cosmétique européenne : les 10 points d'actualité (1/2)

La 15e édition du Congrès Parfums & Cosmétiques, qui s'est tenue à Chartres les 15 et 16 novembre 2017, a commencé par le traditionnel point sur les actualités européennes, présentées des deux points de vue de la Commission et de... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
22 NOVEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Perturbateurs endocriniens : le point sur les connaissances scientifiques (3/3)

Le 29 septembre, à Montpellier, lors de la 17e JEST (Journée d'échanges scientifiques et techniques) que Cosmed a consacré aux ingrédients cosmétiques critiques, le toxicologue Alain Lombard a fait un point complet sur ce qu'on sait des perturbateurs... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
21 NOVEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
La durabilité : un incontournable pour l'industrie cosmétique

Le développement durable est une notion aux multiples facettes, qui se traduit de façons très différentes pour les entreprises. La dernière édition du Sustainable Cosmetics Summit (Sommet des cosmétiques durables), qui s'est tenue début... [Lire la suite]

© CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
13 NOVEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
La réelle influence des réseaux sociaux pour les marques cosmétiques

Être présent sur les réseaux sociaux est-il indispensable une marque cosmétique? Quel type d'influenceurs faut-il cibler pour que les consommateurs transforment une simple vue d'un produit en acte d'achat? Lors d'une conférence en marge du salon... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
8 NOVEMBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Perturbateurs endocriniens : le point sur les connaissances scientifiques (2/3)

Le 29 septembre, à Montpellier, lors de la 17e JEST (Journée d'échanges scientifiques et techniques) que Cosmed a consacré aux ingrédients cosmétiques critiques, le toxicologue Alain Lombard a fait un point complet sur ce qu'on sait des perturbateurs... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
31 OCTOBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Amazon : le meilleur distributeur pour les cosmétiques ?

On sait que notre monde, y compris commercial, se digitalise de plus en plus. Plus aucune marque, cosmétique ou non, ne peut ignorer cette évolution. Et selon Stefan Bures, fondateur et dirigeant de Metoda, une entreprise de conseil numérique allemande, la voie vers le... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
30 OCTOBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Pensez exposome : de ses effets sur la peau aux nouveaux actifs pour les combattre

L'exposome est un concept assez récent, mais qui devrait radicalement modifier l'approche cosmétique de l'anti-âge. C'est du moins l'opinion du Pr. Jean Krutmann, de l'IUF (Leibniz Research Institute for Environmental Medicine). Ce spécialiste du sujet est venu... [Lire la suite]