http://www.observatoiredescosmetiques.com/actualite/organismes-professionnels/professionnels-de-longle-trop-de-substances-chimiques-dangereuses-pas-assez-de-protection-4726
23 NOVEMBRE 2017 Organismes professionnels

Professionnels de l'ongle : trop de substances chimiques dangereuses, pas assez de protection

L’Anses vient de publier les résultats de son expertise sur l’évaluation des risques pour la santé des professionnels exposés aux produits utilisés dans les activités de soin et de décoration de l’ongle. Au vu du grand nombre de substances auxquelles sont exposés les professionnels, l’Agence émet une série de recommandations à destination des différents acteurs concernés : les metteurs sur le marché, les professionnels du secteur, les pouvoirs publics, les institutions et organismes de recherche et de prévention.

En 2009, à la demande de la Direction générale de la santé (DGS), l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a évalué le risque, pour les consommateurs, lié à l'utilisation du toluène dans les produits cosmétiques, et plus particulièrement dans les vernis à ongles, sans cependant prendre en compte les risques éventuels pour la santé des professionnels. Ces professionnels sont en outre amenés à manipuler des produits contenant d'autres substances chimiques dangereuses que le toluène. L'ANSM a donc saisi l'Anses (Agence de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail) afin d'évaluer les risques liés à l'exposition des professionnels aux produits utilisés pour le soin et la décoration de l'ongle.

Activités de soin et de décoration de l'ongle et professionnels concernés

Les activités de soin et de décoration de l'ongle sont réalisées par des prothésistes ongulaires et des esthéticiennes. Ces professionnels sont amenés à réaliser divers types de soins et de décoration de l'ongle : pose de vernis classique ou semi-permanent, soins de manucure et pose de prothèses ongulaires par différentes techniques (technique "gel", technique "résine"…), stylisme ongulaire.

Cette population, majoritairement féminine, se répartit dans toutes les classes d'âge, principalement entre 18 et 35 ans. Ces professionnels peuvent être salariés ou indépendants, exerçant dans des locaux dédiés ou au domicile des client(e)s. Les établissements d'activité de soin et de décoration de l'ongle sont de petite taille, employant souvent au plus cinq personnes.

Substances identifiées, pathologies diagnostiquées et moyens de prévention

L'analyse des données disponibles a permis d'identifier environ 700 substances présentes dans la composition des produits utilisés ou dans les atmosphères de travail. 60 de ces 700 substances ont été jugées très préoccupantes de par leur classe de danger la plus élevée (classification cancérogène, mutagène et toxique pour la reproduction (CMR), sensibilisant et/ou inscrite sur une liste de perturbateurs endocriniens potentiels).

En cohérence avec les données de la littérature, les données des réseaux de surveillance des pathologies professionnelles indiquent que les groupes de pathologies les plus fréquemment diagnostiquées chez ces travailleurs sont :
• les affections cutanées, incluant principalement des dermatites allergiques de contact,
• les affections des voies respiratoires et ORL, incluant principalement des asthmes,
• les céphalées,
• les troubles musculo-squelettiques, incluant principalement des troubles liés à des postures assises prolongées et fréquentes et à des mouvements répétitifs de la main, du poignet ou de l'avant-bras.

Dans plus de la moitié des cas, la pathologie diagnostiquée est imputée à l'exposition à la famille des (méth)acrylates, dont la présence a été confirmée dans les atmosphères de travail par une campagne de mesures réalisée chez des professionnels en Île-de-France et dans les Hauts-de-France entre juillet 2015 et octobre 2016. En effet, les produits utilisés pour la cosmétique ongulaire et principalement mis en cause dans les pathologies diagnostiquées sont les produits de façonnage de l'ongle artificiel (gel, résine) contenant des monomères (méth)acryliques sensibilisants, irritants voire neurotoxiques. Ces composés sont majoritairement responsables des dermatites d'allergie de contact recensées chez ces professionnels. Les (méth)acrylates peuvent également être mis en cause dans certains problèmes respiratoires identifiés chez ces professionnels, tels que des asthmes.

La campagne de mesures a également mis en évidence la présence de composés organiques (semi) volatils (CO(s)V) dans l'air, dont certains sont des agents CMR et neurotoxiques. Jusqu'à 42 CO(s)V ont pu être identifiés dans un même local de travail. Les concentrations en CO(s)V pris individuellement sont cependant faibles, comparées à celles généralement mesurées sur des sites industriels. En revanche, les concentrations en COV totaux et en toluène sont fortes si on les compare à celles mesurées dans les logements et dans l'air extérieur.

Les professionnels de ce secteur sont aussi exposés à des particules provenant d'opérations de ponçage de l'ongle et des résines. La caractérisation fine de ces poussières, notamment chimique et granulométrique, est méconnue.

Enfin, les résultats de la campagne de mesures montrent également que les mesures de protection pour la prévention du risque chimique telles que la ventilation générale, la ventilation localisée de type table aspirante, le port de gants et de masques de protection contre les poussières, sont peu mises en œuvre par ces professionnels.

Les recommandations de l'Agence

Ces recommandations portent à la fois sur des mesures de prévention et de protection à mettre en œuvre, la sécurité chimique des produits cosmétiques et l'évaluation de l'exposition des professionnels, ainsi que sur des mesures relatives à la formation et à l'information des professionnels.

Aux professionnels exerçant une activité de soin et de décoration de l'ongle
Renforcer la mise en œuvre de mesures de prévention du risque chimique, afin de réduire les expositions à des agents chimiques dangereux au minimum : recherche de produits de substitution, utilisation de tables aspirantes et port d'équipements de protection individuelle adaptés.

Aux metteurs sur le marché de produits cosmétiques destinés aux activités de soin et de décoration de l'ongle
Mettre en œuvre à court et moyen termes le développement et/ou le remplacement de produits afin de supprimer les expositions à la source de différents agents chimiques dangereux, en particulier les monomères (méth)acryliques polymérisables, le toluène, l'acétaldéhyde…
En seconde intention, développer des produits/techniques avec lesquels le professionnel n'entrerait pas en contact ("no-touch") dans les cas où la substitution de l'agent dangereux ne pourrait être possible techniquement.

Aux pouvoirs publics
S'assurer que l'évaluation des risques des professionnels soit réalisée par les metteurs sur le marché et systématiquement prise en compte dans le cadre des évaluations de la sécurité chimique des ingrédients cosmétiques réalisées par le comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (Scientific Committee on Consumer Safety ou SCCS).

L'Agence recommande également de rendre obligatoire une formation diplômante harmonisée pour toute personne amenée à exercer une activité de pose de prothèses ongulaires, incluant un module sur la prévention des risques professionnels et les bonnes pratiques de travail.

En matière de recherche, il apparaît nécessaire d'améliorer les connaissances sur les effets et les expositions, en particulier aux particules inhalées lors des opérations de ponçage et de limage, et notamment sur la toxicité de ces particules lors de ces opérations sur des ongles artificiels à base de (méth)acrylates. L'Agence recommande également d'améliorer les connaissances sur l'état de santé de cette population professionnelle et son évolution, concernant entre autres le risque de sensibilisation, de dermatites allergiques de contact, d'asthmes, d'issues indésirables en matière de reproduction et de développement, de pathologies neurologiques, de pathologies auto-immunes voire de cancers.

Pour aller plus loin
• Voir l'Avis de l'Anses et son Rapport d'expertise collective, Évaluation des risques des professionnels exposés aux produits utilisés dans les activités de soin et de décoration de l'ongle, sur le site Internet de l'Agence.

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
Vos réactions

Merci de vous identifier pour voir les commentaires

Tous les articles [70]
© CosmeticOBS - L'Observatoire des Cosmétiques
25 SEPTEMBRE 2017 Organismes professionnels
Ingrédients cosmétiques : le vrai du faux selon la FEBEA

Parabènes, phénoxyéthanol, dioxyde de titane nano, PPD, phtalates, allergènes de parfumerie… la FEBEA part à la défense des ingrédients cosmétiques controversés, avec une campagne intitulée "Démêlez le vrai... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
19 AVRIL 2017 Organismes professionnels
Cosmétiques : les exportations passent la barre des 12 milliards d’€

Selon des chiffres communiqués par la FEBEA, les exportations françaises de produits cosmétiques ont passé le seuil des 12 milliards d’euros pour la 1ère fois en 2016, avec une progression de +2 % par rapport à 2015. L'excédent de la balance... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
27 MARS 2017 Organismes professionnels
Appareils d'épilation et de lipolyse : vers une réglementation durcie ?

L’Anses vient de publier les conclusions de son expertise relative aux risques sanitaires liés à l’utilisation d’appareils destinés à la pratique d’actes à visée esthétique (épilation et lipolyse). Pour limiter la... [Lire la suite]

13 AVRIL 2016 Organismes professionnels
Comment un pot de crème bio peut changer le monde !

Cosmébio et Organics Cluster Rhône-Alpes se sont associés pour réaliser une étude consommateurs exclusive intitulée “Profil des consommateurs et pratiques d’achat de cosmétique et alimentation bio en 2016”, menée par... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
29 MARS 2016 Organismes professionnels
Les allégations cosmétiques en règle, selon Cosmetics Europe

Cosmetics Europe, qui représente les intérêts de l'industrie cosmétique au niveau européen, vient de publier les résultats de sa première enquête sur la conformité des publicités cosmétiques. Conclusion: 91%... [Lire la suite]

3 NOVEMBRE 2015 Organismes professionnels
Défrisage et lissage : des fiches pratiques pour les coiffeurs

Lissage durable, japonais, brésilien, défrisage… Autant de prestations qu’il n’est pas toujours simple pour un professionnel de la coiffure d’expliquer à ses clients. Quels produits cosmétiques, quelles techniques ? La FEBEA... [Lire la suite]

© Thinkstock/L'Observatoire des Cosmétiques
27 OCTOBRE 2015 Organismes professionnels
Micro-plastiques : Cosmetics Europe appelle à ne plus les utiliser

Le 21 octobre 2015, Cosmetics Europe a publié une recommandation sur les microparticules de plastique. Prenant en compte les inquiétudes du public concernant les débris plastiques dans l'environnement marin, l'association européenne des industries cosmétiques... [Lire la suite]

20 OCTOBRE 2015 Organismes professionnels
Les cosmétiques : une fierté française… qui reste méconnue

La Fédération des Entreprises de la Beauté (FEBEA) vient de publier les résultats d'une étude, menée à sa demande par l'institut IPSOS, sur la perception qu’ont les Français des produits et des entreprises cosmétiques. Si 82 %... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
6 OCTOBRE 2015 Organismes professionnels
Publicité cosmétique : encore en progrès

Le vendredi 2 octobre 2015, l'ARPP et la FEBEA présentaient le 2e bilan "Publicité et Produits cosmétiques", dont les résultats mesurent le niveau d'application des règles déontologiques par l'industrie. Avec un satisfecit général,... [Lire la suite]

2 JUIN 2015 Organismes professionnels
Le vrai visage de NATRUE

On a tendance à le considérer simplement comme un label de la cosmétique naturelle, un de plus, un parmi d'autres, voire comme un label de la cosmétique allemande… NATRUE est pourtant bien plus que cela. L'Observatoire des Cosmétiques a été... [Lire la suite]