http://www.observatoiredescosmetiques.com/actualite/lingredient-du-mois/la-france-des-eaux-thermales-1-2-4360
23 JANVIER 2017 L'ingrédient du mois

La France des eaux thermales (1/2)

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques

La notion de thermes et de soins à base d’eau thermale est très ancienne, elle remonte à la Grèce Antique. Garante de la beauté de la peau, l’eau thermale fleurit de plus en plus dans les cosmétiques actuels. Zoom sur cet ingrédient à la croisée du soin et du produit de beauté.

Ingrédient cosmétique à part entière, de par son nom INCI (Aqua, terme officiel auquel les fabricants ajoutent souvent l'origine de la source) et la démonstration de ses bienfaits dans la sphère beauté, l'eau thermale est une composante naturelle et ancestrale.

Qu'est-ce qu'une eau thermale ?

Les eaux thermales proviennent d'une source résurgente à la surface ou forée en profondeur. Elles sont vierges de toutes bactéries, de par l'endroit où elles se trouvent. On peut donc considérer qu'elles sont pures.
Les eaux thermales se distinguent des eaux destinées à la consommation par leur composition, elles sont riches en minéraux et en sel dissous ou oligo-éléments. "C'est en tombant et en traversant toute une série de couches biologiques que les eaux vont s'enrichir naturellement", explique Jean-Claude Le Joliff, fondateur de la Cosmétothèque. Calcium, magnésium, zinc et autres, sont autant d'éléments susceptibles d'enrichir ces eaux. Pour autant, ces substances qui composent les eaux thermales ne sont pas problématiques pour la peau, comme peuvent l'être le tartre ou le calcaire.

Toutes les mêmes ?
Bien que les eaux thermales soient toutes composées d'oligo-éléments, elles ne sont pas pour autant toutes les mêmes. D'un point de vue géographique et géologique, les différentes sources d'eaux thermales sont différentes. De ce fait, la composition des eaux dépend des ressources présentes aux environs du point de chute des pluies et de la richesse du sol dont elles jaillissent. Ainsi, la classification des eaux thermales se fait sur la minéralité totale qui peut aller de quelques dizaines de milligrammes à plusieurs dizaines de grammes.

Chaleur et soin
Une autre caractéristique des eaux thermales est leur température élevée. Du latin "thermæ", le mot thermes renvoie aux bains publics de la Rome Antique. Ces sources étaient anciennement utilisées comme des eaux de soins. Certaines vertus curatives leurs étaient prêtées. Folklore latin ? Pas du tout, la tradition a continué de perdurer. De nombreuses sources thermales sont reconnues, de nos jours, par l'Académie de Médecine, pour leurs applications et bénéfices pour la peau. Jean-Claude Le Joliff précise d'ailleurs à ce sujet "que tout un dossier est nécessaire pour valoriser une source auprès de l'Académie de Médecine, avec des preuves et tests tangibles"

Les sources thermales à travers la France
Troisième pays d'Europe le plus riche en stations thermales, la France en compte 108 à son actif. On y soigne toutes sortes d'affections et de maladies. De la dermatologie aux troubles du développement de l'enfant, en passant par les maladies neurologiques, les différentes sources offrent un large panel de ce que les eaux thermales peuvent soigner. La plupart du temps, les soins en stations thermales se font sous forme de cure de plusieurs jours, parfois prescrits par le corps médical. À savoir, une même source ne peut jouir que de trois applications maximum auprès de l'Académie de Médecine.

Potable ou non ?
La plupart des eaux thermales ne sont pas potables, en raison de leur température et de leur minéralité. Néanmoins, certaines sont tout à fait propres à la consommation, comme l'eau d'Avène par exemple.

De la cure aux cosmétiques

Utile aux produits de beauté ?
Il est bien connu que l'eau est l'un des ingrédients les plus présents, en termes de quantité, dans les produits cosmétiques. Pendant longtemps, et encore aujourd'hui, les formulateurs se servaient d'eau déminéralisée dans leurs produits. Mais depuis quelques années, l'industrie cosmétique a commencé à s'intéresser à l'utilisation de l'eau thermale dans les cosmétiques, pour les propriétés qu'on leur connait. Jean-Claude Le Joliff insiste sur le fait "que si certaines stations thermales étaient légitimes à être sollicitées pour apparaitre dans la formulation de produits de beauté, d'autres n'avaient pas nécessairement d'intérêt pour le soin de la peau. C'est donc là qu'interviennent tous les travaux complémentaires que l'on peut trouver dans la littérature scientifique afin de démontrer les bienfaits de certaines eaux thermales et la nécessité de formuler avec", précise-t-il.
Chez Avène, marque du groupe Pierre Fabre, les propriétés de l'eau de source du même nom se sont exprimées dans les années 2000, à la suite de la découverte d'une microflore dans l'eau d’Avène, jusque-là inconnue, du nom d'Aquaphilus Dolomiae. Par la suite, "les études pharmacologiques (nombreuses et publiées dans des revues internationales référencées) ont démontré que l'eau thermale d'Avène avait des propriétés apaisantes, anti-irritantes, anti-inflammatoires, antiprurigineuses, liées à la fois à la composante minérale et à la présence de cette microflore", explique Didier Guerrero, dermatologue-conseil des laboratoires Dermatologiques d'Avène.
Autre marque, même combat : chez Eau de Jonzac, du groupe Léa Nature, après que le maire de la commune de Jonzac l'ait approché afin de valoriser l'eau de ses thermes pour les intégrer à des cosmétiques, la marque s'est attachée à en démontrer les bienfaits. Valérie Cauche, responsable ingrédients cosmétiques, explique qu'à la suite des tests, plusieurs bénéfices ont été trouvés à l'Eau de Jonzac. "Nous avons déjà commencé à nous concentrer sur la régénération cutanée puisque c'est ce qui était vu au niveau des thermes par l'équipe médicale. Nous avons mesuré l'épaississement du stratum corneum et de l'épiderme total en présence d'eau thermale de Jonzac. Le résultat : une belle amélioration de ces épaisseurs. Ce qui veut donc dire que l'eau thermale est active sur la barrière cutanée", souligne Valérie Cauche. Les aspects apaisants, anti-inflammatoires et hypoallergéniques ont également été mis en lumière.

Conditions d'extraction
Afin d'intégrer une eau thermale à un produit cosmétique, il faut l'extraire de sa source. La plupart du temps, les industries cosmétiques prélèvent l'eau de façon ponctuelle, en fonction de leurs besoins de production, et non en continu.
Les méthodes d'extraction diffèrent en fonction de la source. Soit elle émerge, soit c'est une source sous-marine. Chez Eau de Jonzac, "l'eau est prélevée dans la nappe phréatique à 1800 mètres de profondeur, directement dans l'aquifère", explicite Valérie Cauche. Cette extraction se fait par forage. Au contraire, chez Avène, source jaillissante, "l'eau thermale est prélevée par l'intermédiaire de deux captages avec des normes de sécurité maximales pour préserver toutes ses qualités. Ces captages sont directement reliés à l'établissement thermal et à l'unité de production des aérosols et gammes dermocosmétiques Avène", rapporte Didier Guerrero.
L'eau thermale peut, lors de son extraction, être contaminée par des bactéries. "Cependant, l'ultrafiltration permet de la décontaminer sans pour autant perturber sa composition", éclaire Jean-Claude Le Joliff.

Difficulté à formuler
Bien que les avantages pour la peau soient démontrés par le corps scientifique, l'eau thermale est compliquée à formuler. Pour Jean-Claude Le Joliff, cela tient au fait que "certaines eaux vont être plus chargées que d'autres en oligo-éléments. Et pendant très longtemps, les systèmes de formulation étaient très sensibles à cette question-là. C'est plus difficile de formuler avec une eau thermale qu'avec une eau déminéralisée, raison pour laquelle on trouve cette dernière dans la plupart des cosmétiques. Les eaux thermales sont chargées d'éléments métalliques qui peuvent générer des phénomènes d'incompatibilité avec les autres ingrédients utilisés lors de la formulation".
Effectivement, Didier Guerrero rejoint cette thèse en précisant que "nous sommes face à une eau dont la composition n'est pas aussi simple que celle de l'eau distillée généralement utilisée en cosmétique. Ce n'est pas juste de l'eau, mais bien un principe actif. De ce fait, formuler un soin à base d'eau thermale requiert un savoir-faire galénique particulier que nos formulateurs maîtrisent depuis la création de la marque".

Du simple brumisateur au produit de beauté plus élaboré, la vague "eau thermale" s'abat de plus en plus sur le secteur cosmétique. Idéale pour les peaux sensibles comme pour celles ne souffrant d'aucun dérèglement cutané, la prise de risque est très limitée quant à son utilisation. Au moins, c'est la garantie d'une eau pure.

À suivre
Les spécificités des eaux thermales françaises utilisées dans les cosmétiques.

JS

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
Articles associés [1]
1 FEVRIER 2017 L'ingrédient du mois
La France des eaux thermales (2/2)

Très prisée des grands groupes cosmétiques, l’eau thermale a le vent en poupe. Ses bienfaits ne servent pas que les arguments marketing et ne sont plus à prouver pour la peau. Zoom sur ces marques qui ont érigé l’eau de source au rang... [Lire la suite]

Vos réactions [1]
CTC
le Tuesday 24 January 2017
EAU THERMALE AVENE

L'eau thermale Avène a été introduite dans la gamme cosmétique pour peaux sensibles Avène ( marque Galénic à l'époque) par les Laboratoires P Fabre dès les années 80

Merci de vous identifier pour voir les commentaires

Tous les articles [88]
© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
11 SEPTEMBRE 2017 L'ingrédient du mois
Actibiome : l'ingrédient cosmétique qui rééquilibre le microbiote

Cette innovation est lancée par le fournisseur d'ingrédients Codif. Grâce à l’utilisation de techniques d’analyse ADN, ses laboratoires ont, pour la première fois en cosmétique, établi une empreinte microbienne de la peau lors de... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
20 AOUT 2017 L'ingrédient du mois
HICC : parfum trop allergène, fragrance de trop !

On le connaît sous divers noms commerciaux dont le Lyral®, mais sur les étiquettes cosmétiques, son appellation officielle est Hydroxyisohexyl 3-cyclohexene carboxaldehyde. Jugé trop allergisant par les experts scientifiques, il est en passe d'être interdit... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
26 JUIN 2017 L'ingrédient du mois
Le Triclosan

Le triclosan (2,4,4’-trichloro-2’-hydroxy-diphenylether) est un conservateur antibactérien, également employé en tant qu’agent déodorant. Longtemps décrié pour ses effets néfastes pour la santé et l'environnement, il vient... [Lire la suite]

5 AVRIL 2017 L'ingrédient du mois
Que d’eaux, que d’eaux… en cosmétique !

L’eau compose, bien souvent, plus de 80% de la formule des cosmétiques que l’on trouve sur le marché. Il en existe à ce jour plusieurs sortes d’eaux qui sont un peu plus que de l’eau pour élaborer des produits de beauté.... [Lire la suite]

1 FEVRIER 2017 L'ingrédient du mois
La France des eaux thermales (2/2)

Très prisée des grands groupes cosmétiques, l’eau thermale a le vent en poupe. Ses bienfaits ne servent pas que les arguments marketing et ne sont plus à prouver pour la peau. Zoom sur ces marques qui ont érigé l’eau de source au rang... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
29 NOVEMBRE 2016 L'ingrédient du mois
Methylisothiazolinone et Methylchloroisothiazolinone : récit d'une mise à l'index

Comme nombre d'autres conservateurs, ceux-ci reviennent régulièrement à la Une de l'actualité cosmétique. Depuis plusieurs années, ils font l'objet d'inquiétudes et de messages d'alertes lancés par les organisations de dermatologues ou les... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
8 NOVEMBRE 2016 L'ingrédient du mois
De l'alcool en cosmétique…

On le considère généralement comme convivial et festif lorsqu’il se présente sous forme de boisson (sous réserve de le consommer avec modération, évidemment). L’alcool peut-il garder la même image lorsqu’il devient... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
12 OCTOBRE 2016 L'ingrédient du mois
A comme… Retinol

C'est un actif anti-âge parmi les plus utilisés et depuis le plus longtemps. Mais si l'efficacité du rétinol (ou vitamine A) n'a jamais été remise en cause, sa sécurité d'emploi et sa tolérance sont bien plus sujettes à... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
26 JUILLET 2016 L'ingrédient du mois
Polyéthylène, la petite bille qui coince

C'est un ingrédient cosmétique très présent dans nombre de formulations, longtemps plébiscité pour sa douceur sur la peau et son coût modique, autant que pour ses propriétés exfoliantes et filmogènes. Mais sa plastique... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
15 JUILLET 2016 L'ingrédient du mois
Le dioxyde de titane - Titanium dioxide

Il participe de nombreuses formules cosmétiques, principalement en tant qu'écran solaire ou colorant. Il est aussi de toutes les polémiques quant à sa toxicité, surtout quand il intervient sous forme de nanoparticules. Le dioxyde de titane, Titanium dioxide... [Lire la suite]