http://www.observatoiredescosmetiques.com/actualite/ils-font-les-cosmetiques/que-d’eaux-que-d’eaux-en-cosmetique-les-eaux-de-composition-par-gattefosse-4-5-4521
22 MAI 2017 Ils font les cosmétiques

Que d’eaux, que d’eaux… en cosmétique ! - Les eaux de composition par Gattefossé (4/5)

L’eau déminéralisée ne fait toujours pas la loi dans les formules cosmétiques. Un certain nombre d’alternatives existent pour enrichir les produits de beauté. Les eaux de fruits et de légumes, aussi appelées eaux de composition, en font partie. Comment sont-elles produites ? Quelles sont leurs allégations ? Gattefossé, fournisseur d’ingrédients, nous livre les secrets de ses Extraits Originels®.

Myriam Abderrachid,  responsable marketing, a répondu aux questions de l'Observatoire des Cosmétiques.

Gattefossé : fiche d'identité

C'est à Saint-Priest, près de Lyon, que la société a été créée par Louis Gattefossé, en 1880.
Elle développe et produit des ingrédients de spécialité pour les industries cosmétique et pharmaceutique. À ce jour, l'entreprise commercialise ses produits dans plus de 60 pays et possède 12 filiales à travers le monde.

Les eaux de composition

À la simple évocation du terme "composition", Myriam Abderrachid répond que "chez Gattefossé, cela fait tout de suite écho tant la gamme est complète". Il est vrai qu'avec huit références d'extraits de fruits (orange, pomme, kiwi, citron, raisin, pamplemousse, cerise et cranberry) et quatre extraits issus de plantes exotiques (riz, lotus, bambou et gingembre), la marque offre à ses clients un choix assez vaste. "Ces produits ne datent pas d'hier, la gamme existe depuis une dizaine d'années. Elle remporte un franc succès", précise Myriam Abderrachid. Elle ajoute que "cinq des références sont 100 % bio. Ces produits sont d'une grande utilité quand les clients veulent atteindre ce que les standards recommandent en terme de pourcentage de certifié bio dans les formules totales".

L'extraction

Pour extraire l'eau des fruits et des plantes, plusieurs techniques sont utilisées par Gattefossé, en fonction de la source et de sa fragilité :
• L‘extraction à haute fréquence : cette méthode est utilisée pour les plantes exotiques. Myriam Abderrachid explique que "cette technique permet de protéger le constituant de la plante dont la teneur en eau est moins importante que dans un fruit. L'extraction à haute fréquence garantit le meilleur rendement possible".
• L'évaporation par séchage : le procédé le plus simple.
• La distillation flash : comme son nom l'indique, cette technique est très rapide. "La plupart de nos Extraits Originels® sont obtenus avec cette méthode. Le jus du fruit est récupéré d'un côté, pendant que l'eau est évaporée. Nous ne gardons que cette dernière partie", ajoute Myriam Abderrachid.

Condition de stockage

Les Extraits Originels® de Gattefossé sont des produits relativement simples à conserver. Tant que le pack n'est pas ouvert, il peut être gardé plusieurs années, à température ambiante.
Néanmoins, Myriam Abderrachid précise que "les produits sont purs. Aucun conservateur ou additif ne sont ajoutés aux extraits. De ce fait, il est recommandé d'utiliser l'intégralité du volume du pack, une fois ouvert. Si les clients ne le font pas, à leur charge de garantir la propreté microbienne de leur produit. D'ailleurs, certains rajoutent des conservateurs quand ils savent qu'ils ne peuvent pas utiliser l'intégralité du produit", ajoute-t-elle.

Allégations cosmétiques

La majorité des Extraits Originels® de Gattefossé ont des bénéfices cosmétiques objectivés. Myriam Abderrachid a choisi de présenter deux d'entre eux.

L'Extrait Originel® de kiwi
Les tests ont démontré une réelle efficacité contre des protéases de la peau (la tyrosinase et la hyaluronidase) qui sont reconnues pour être responsables de la synthèse de mélanine et dégradation de l'acide hyaluronique dans la peau. "On a donc démontré un effet de l'Extrait Originel® de kiwi contre ces protéases qui est donc recommandé dans des cosmétiques ayant des revendications anti-âge ou éclaircissantes/éclat du teint", explicite Myriam Abderrachid.

L'Extrait Originel® de cerise bio
Cet extrait a été testé sur des fibroblastes. "On observe un effet stimulant sur l'activité des fibroblastes. L'extrait de cerise bio a donc un potentiel anti-âge, remodelage de matrice", précise Myriam Abderrachid
Les Extraits Originels® peuvent donc renforcer l'effet des actifs dans les formules. Néanmoins, ils ne sont pas positionnés en tant qu'actifs, mais plutôt en tant que compléments "qui vont apporter leur touche de naturalité dans la formule et booster des efficacités cibles", nuance la responsable marketing.

Eaux de composition et formulation : bon ménage ?

Une eau de fruit ne déstabilise pas les formules, puisqu'elle est débarrassée du jus et du sucre du fruit.
Myriam Abderrachid  ajoute tout de même "qu'avec l'Extrait Originel® de citron, on peut avoir tendance à observer une légère baisse de pH au cours de la formulation. Il faut donc veiller à le réguler, mais sinon, il n'y a pas d'autres soucis. Aucun extrait ne déstabilise une émulsion, d'où le succès de la gamme, elle est utilisée dans tout : maquillage, crème…Parce qu'elle est très simple d'utilisation".

Tout se consomme, rien ne se perd

Faire des ingrédients cosmétiques avec des denrées alimentaires, jusque-là, pas de problème. Mais que deviennent les fruits déshydratés ? À cette question, Myriam Abderrachid assure qu'aucun gâchis n'est fait, "les fruits sont récupérés par notre fournisseur et sont vendus. Les extraits à visée cosmétique obtenus sont des coproduits de l'industrie alimentaire. Il en est de même pour le jus que nous extrayons. Il est récupéré et intégré à des boissons aromatisées ou encore à des nectars de fruits. Rien n'est jeté. Nous sommes dans une démarche durable, avec une valorisation totale des produits que nous utilisons. Quand on est en cosmétique et que l'on travaille sur des sources pareilles, on ne peut pas se permettre de prendre ce type de matériaux pour en faire des crèmes et les jeter par la suite."

Manger des fruits participe au bon équilibre de la peau, en mettre dans les cosmétiques l'est tout autant. En plus de leurs actions cutanées, ils apportent une touche d'exotisme et de naturalité aux produits de beauté, pourquoi s'en priver ?

Pour aller plus loin
• Voir l'article Les cosmétiques à base d'eaux de composition - bientôt en ligne.

 JS

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
Vos réactions

Merci de vous identifier pour voir les commentaires

Tous les articles [38]
15 MAI 2017 Ils font les cosmétiques
Que d’eaux, que d’eaux… en cosmétique ! – Les eaux florales par Codif Technologie Naturelle (3/5)

L’eau déminéralisée ne fait toujours pas la loi dans les formules cosmétiques. Un certain nombre d’alternatives existent pour enrichir les produits de beauté. Les eaux florales en font partie. Quels sont leur procédé de fabrication ?... [Lire la suite]

8 MAI 2017 Ils font les cosmétiques
Que d’eaux, que d’eaux… en cosmétique ! - L’eau de mer par Setalg

L’eau déminéralisée ne fait toujours pas la loi dans les formules cosmétiques. Un certain nombre d’alternatives existent pour enrichir les produits de beauté. L’eau de mer en fait partie. Comment est-elle récupérée ?... [Lire la suite]

6 FEVRIER 2017 Ils font les cosmétiques
Même les cosmétiques ont droit à leur conte de fée

Judith Levy et Juliette Couturier, deux jeunes entrepreneuses de 25 ans, ont développé une gamme de soins destinés aux femmes atteintes du cancer. Leur marque, Même, est la première sur le marché à proposer une réponse cosmétique aux... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
30 JANVIER 2017 Ils font les cosmétiques
Christophe Rousselle, membre du CSSC

Il se rêvait vétérinaire, il est toxicologue. Il a publié une thèse sur l'étude du passage des médicaments au travers de la barrière hémato-encéphalique, il fait aujourd'hui la pluie et le beau temps dans le ciel des... [Lire la suite]

9 DECEMBRE 2016 Ils font les cosmétiques
Le Prix de la SFC 2016 remis à Jean-Claude Le Joliff

La Société Française de Cosmétologie, forte de 1500 membres, a pour mission de promouvoir les études scientifiques en cosmétologie et contribuer au perfectionnement de ses membres, avec symposium scientifique, organisation de salon,... [Lire la suite]

Gérard Redziniak
4 AVRIL 2016 Ils font les cosmétiques
Gérard Redziniak, le "kératinologue"

Plus qu’un grand inventeur en dermo-cosmétique, ce Docteur en biophysicochimie moléculaire est surtout un de nos derniers humanistes cosmétologues ! Difficile de ne pas l’aimer tant il est chaleureux, charismatique et créatif. Plus de 35 ans qu’il... [Lire la suite]

© Expanscience/L'Observatoire des Cosmétiques
3 FEVRIER 2016 Ils font les cosmétiques
Il était une fois… l'odeur du lait Mustela

Dans le groupe Expanscience, auquel appartient la marque Mustela, on travaille chaque jour aux évolutions qui permettent d'aller vers un meilleur bilan environnemental, plus de sécurité, d'efficacité et de sensorialité des formules cosmétiques, une offre... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
24 NOVEMBRE 2015 Ils font les cosmétiques
Métier : parfumeur de cosmétiques (2/2)

De plus en plus élaboré, le parfum des cosmétiques se sophistique. Il n’est pas rare que les notes d’un soin remplissent une page entière de dossier de presse, et si, la plupart du temps, les subtilités olfactives nous échappent, elles... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
17 NOVEMBRE 2015 Ils font les cosmétiques
Métier : parfumeur de cosmétiques (1/2)

Déterminant dans l’acte d’achat (et encore plus de ré-achat), le parfum d’une crème, d’un gel douche, d’une huile… fidélise comme personne ! Qui sont ces "hommes de l’ombre" qui parfument nos cosmétiques ?... [Lire la suite]

29 OCTOBRE 2015 Ils font les cosmétiques
Claude Grison, de la dépollution des sites miniers à une cosmétique verte

Claude Grison est une chimiste "bio-inspirée". Depuis 2008, elle travaille sur le recyclage des déchets miniers et leur valorisation via un nouveau concept: la catalyse écologique. Une chimie verte innovante, gage de durabilité et offrant une alternative aux... [Lire la suite]