http://www.observatoiredescosmetiques.com/actualite/compte-rendus-congres/quand-beaute-et-data-ne-font-qu’un-4583
5 JUILLET 2017 Comptes-rendus Congrès

Quand beauté et data ne font qu’un

Depuis quelques années déjà, les données relatives aux clients sont une mine d’or pour les entreprises. Elles représentent des enjeux commerciaux et marketing importants si elles sont bien utilisées. Le secteur des cosmétiques n’est pas épargné, lui aussi engrange et traite des volumes de données considérables. À l’occasion de la conférence E-Beauty organisée par le Journal du Numérique le 7 juin 2017, trois entreprises françaises sont venues expliquer comment elles collectent et utilisent ces fameuses datas.

Anne-Laure de Belloy, fondatrice du site internet lucette.com, Quentin Reygrobellet directeur général de Birchbox France et Armelle Soudy,  Directrice Digital et CRM  de Beauty Success Group ont présenté leurs méthodes d'utilisation des données clients et montré à quel point elles sont importantes dans leurs corps de métiers.
Lucette est un algorithme beauté qui aide les consommatrices à trouver des produits de beauté en adéquation avec ses attentes, Birchbox propose un service de box beauté mensuelle avec une sélection adaptée au profil de chaque acheteuse et Beauty Sucess Group est un franchiseur d'espaces de ventes et soins. Aussi différentes les unes des autres, ces trois organisations se rejoignent sur la valeur des datas au sein de leur stratégie marketing.

Données clients, quels intérêts ?

Quentin Reygrobellet explique que dans son entreprise, les informations relatives aux clients sont indispensables. "Aujourd'hui, on a trois valeurs chez Birchbox : la première, c'est la sélection afin d'avoir les meilleures marques de cosmétiques sur notre site. La deuxième, c'est la personnalisation et c'est là où la data entre en jeu puisque, tous les mois, nous envoyons 80 types de boxes différentes en fonction du profil de nos abonnées. Et tout ça va nourrir la troisième valeur qui est absolument fondamentale, la prescription. Il y a un million de femmes qui payent 13 € par mois pour recevoir une boite dont elles ne connaissent pas le contenu par avance. Elles savent qu'en ouvrant leurs colis, les produits seront personnalisés en fonction de leurs attentes et de manière évolutive dans leur cycle de découverte. C'est la première étape vers une meilleure expérience dans la consommation de cosmétiques", développe-t-il.
Chez Lucette, les informations des clientes sont toutes aussi capitales. Si les consommatrices veulent utiliser la plateforme et trouver des cosmétiques à leurs goûts, elles doivent remplir un questionnaire. Une fois traitées, ces informations vont permettre de filtrer et d'offrir une sélection la plus en adéquation possible avec ce qu'elles aiment.
Armelle Soudy, quant à elle, précise que "chez Beauty Success, il y a trois millions d'inscrits à notre programme de fidélité, comme Sephora, tout passe par une carte. Aujourd'hui toute cette data est collectée sur le site e-commerce et principalement en point de vente. La donnée est utilisée pour mieux cibler les opérations marketing et promotionnelles".

Quelles informations sont compilées ? Comment ?

"Les données collectées sont de différentes natures. En premier lieu, nous conservons les informations du profil beauté (caractéristiques physiques, comportements beauté, produits utilisés…). Nous sommes aussi attentifs aux avis postés sur les cosmétiques par les utilisatrices, cela permet de savoir précisément ce qu'elles aiment ou non. Les informations de navigation sont aussi précieuses, nous savons, sur notre site, quelles pages ont été visitées par les consommatrices et donc quelles sont les catégories qui les intéressent le plus. En parallèle, nous collectons beaucoup d'informations sur les cosmétiques. L'idée est de mettre en relation les profils utilisateurs avec les produits de beauté pour les faire matcher", révèle Anne-Laure de Beloy.
Birchbox se cale également sur ce modèle de questionnaire en ligne, essentiel pour que la cliente reçoive des cosmétiques qui lui correspondent. Quentin Reygrobellet ajoute que "pendant tout le cycle de tests, il y a un échange avec la communauté. Des formulaires de satisfaction sont disponibles afin de savoir ce qui a plu ou non à chacune des consommatrices". En ce qui concerne Beauty Success Group qui est distributeur, la carte de fidélité permet d'enregistrer les données. Notamment le nombre de visites et les produits achetés.

Et après ?

Les datas ne servent pas seulement à contenter le client, elles sont très précieuses pour les marques. Anne-Laure de Belloy révèle que "les données sont utilisées pour proposer des services aux marques.
En premier lieu, nous organisons des campagnes de réputations. Cela consiste à les aider à générer des commentaires très qualifiés et positifs sur certains produits et les faire apparaitre en top position sur Google.
Nous organisons aussi des études pour aider les marques à faire des analyses de corrélation afin de mieux comprendre les profils des femmes qui aiment ou non leurs produits.
Lucette propose aussi des réunions de consommateurs. Attention, notre approche est différente des instituts classiques parce que nous sommes capables d'identifier, dans notre communauté, les profils des consommateurs les plus pertinents. Les tests produits qui suivent sont donc mieux ciblés.
Enfin, nous sommes partenaire proche de TF1. Nous les aidons à qualifier leur audience pour pouvoir proposer de la publicité plus ciblée aux annonceurs beauté
".
Quentin Reygrobellet, quant à lui, indique que "grâce à la boutique en ligne, nous sommes capables de dire aux marques quels produits marchent ou non. Ensuite, nous agissons comme un centre d'étude grâce aux formulaires de fin de test. Aujourd'hui, on a entre 15 et 25 % de taux de réponses, donc sur une campagne à 200 000 produits, on peut fournir entre 30 et 50 000 retours clients qualifiés. Il n'y pas d'accord financier avec les marques, nous fournissons ces données gratuitement".

Véritables mines d'or, les informations liées aux habitudes de consommation des clients sont prisées par les entreprises et les marques. Les datas sont importantes dans les politiques de développement de nouveaux cosmétiques, surtout à l'heure où la tendance est à la personnalisation.

JS

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
Vos réactions

Merci de vous identifier pour voir les commentaires

Tous les articles [100]
23 OCTOBRE 2017 Comptes-rendus Congrès
Un nouveau client par jour en institut de beauté : les clés pour y parvenir

Booster son chiffre d’affaires en ayant une clientèle solide et croissante est le souhait de tous les commerçants, y compris dans le secteur de la beauté. À l’occasion du salon Beauty Forum qui s’est tenu à Paris les 8 et 9 octobre à... [Lire la suite]

17 JUILLET 2017 Comptes-rendus Congrès
La peau très sensible du bébé existe : Mustela le prouve

Aujourd’hui, la notion de peau très sensible chez l’adulte est connue, mais chez l’enfant, aucune étude ne l’a encore prouvée. Sur près de 700 000publications dans la littérature scientifique concernant ce type... [Lire la suite]

12 JUILLET 2017 Comptes-rendus Congrès
De l’importance de l’environnement dans la RSE

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) relève, selon l’Union Européenne de "l’intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et leurs relations avec... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
21 JUIN 2017 Comptes-rendus Congrès
Exposition solaire : le bon équilibre

On parle souvent des effets nocifs des rayons UV du soleil sur la peau et la santé. À la Sun Protection Conference qui s'est tenue à Londres les 6 et 7 juin, le Professeur Robyn Lucas, épidémiologiste de l'Université nationale australienne, a mis en... [Lire la suite]

19 JUIN 2017 Comptes-rendus Congrès
Quand la génération selfie influence l’industrie cosmétique

Les 15-35ans, aussi connus sous l’appellation génération selfie, représentent une frange de la population hyper connectée, très soucieuse de son image et de la façon dont celle-ci est véhiculée sur les réseaux sociaux. De... [Lire la suite]

14 JUIN 2017 Comptes-rendus Congrès
E-commerce chinois : nouvel Eldorado pour la cosmétique française ?

Considérée comme prestigieuse, la cosmétique française est appréciée en Chine. Sa réputation n’est plus à faire. Néanmoins, sa présence sur le territoire est encore un peu timide. Outre les obstacles... [Lire la suite]

© CosmeticOBS-L'Observatoire des Cosmétiques
2 JANVIER 2017 Comptes-rendus Congrès
Une histoire de la protection solaire en 15 dates

Lors des 3e CosmeticDays organisés par Cosmed, Estelle Loing, biologiste chez Lucas Meyer Cosmetics, a présenté une brève histoire de la protection solaire en cosmétique. À part lors de courtes périodes, la tendance humaine a toujours... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
1 AOUT 2016 Comptes-rendus Congrès
Beauté et data : le business de la trace

À l'heure de la personnalisation des produits et des relations client, la data est au cœur des préoccupations des marques cosmétiques. Réseaux sociaux, applis mobiles, navigation web… tous les comportements des consommateurs peuvent être... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
11 JUILLET 2016 Comptes-rendus Congrès
Oui, vous êtes belle !

Quelle perception avez-vous de votre beauté ? Si vous êtes comme la majorité des femmes, elle doit être plutôt négative. Et il n'est rien de dire que c'est bien dommage. Parce que votre confiance dans votre beauté influe sur votre bien-être et... [Lire la suite]

© L'Observatoire des Cosmétiques
6 JUIN 2016 Comptes-rendus Congrès
La biodiversité, outil de valorisation des marques

Le respect de la biodiversité est aujourd'hui une obligation morale vis-à-vis de la planète et une exigence réglementaire, découlant du Protocole de Nagoya, dès que des ressources génétiques sont utilisées dans le... [Lire la suite]